Isoltop
Isoltop : Le Plancher Nouvelle Génération !
     
     
Contacts
     
  lexique  
     
  lexique  
     
  distributeurs  


Le son et le bruit




Le son et le bruit
Les différents types de bruits et le rôle d’un plancher acoustique

Aujourd’hui, le bruit est devenu une réelle pollution et crée un environnement sonore nuisible pour l’équilibre humain.

Le son résulte de la vibration d’un corps qui met en vibration les particules d’air environnantes autour de leur position d’équilibre.

Toute émission sonore dans un local met en vibration, par l’intermédiaire de l’air, toutes les parois de ce local, qui engendrent elles mêmes une vibration de l’air dans les locaux adjacents : le son a traversé les parois.

Le niveau sonore, exprimé en dB (décibels)

Le niveau sonore indique simplement si le bruit est faible ou fort. 0 dB correspond au seuil d’audition, 140 dB au seuil de douleur (bruit si fort qu’il devient douloureux). Attention, le silence complet ne signifie pas nécessairement que le niveau sonore est de 0 dB.

Le calcul en décibels : Dans le calcul en dB, 1 plus 1 ne font pas 2 !

2 sources sonores de 50 dB donnent un total de 53 dB. Une multiplication du bruit par 2 entraîne une augmentation du niveau sonore de 3 dB.

Pour augmenter le niveau sonore de 10 dB, il faut multiplier les sources de bruit par dix.

L’ouïe humaine

La réaction de l’ouïe humaine au niveau sonore n’est pas linéaire. Une augmentation du niveau sonore de 10 dB (donc une multiplication du bruit par 10) est ressentie par notre ouïe comme un doublement du bruit.

Cela signifie pratiquement que, pour notre confort acoustique :

- une diminution de 1 dB n’est quasiment pas perceptible,
- une diminution de 3 dB est perceptible,
- une diminution de 5 dB représente une ”classe” de mieux,
- une diminution de 10 dB divise le bruit par deux.

Les différents types de bruits :

On distingue différents types de bruits : les bruits aériens extérieurs, les bruits aériens intérieurs, les bruits de chocs et les bruits d’équipements.

Les planchers et plafonds doivent procurer un isolement aux Bruits aériens intérieurs et aux bruits de chocs afin de répondre à la nouvelle réglementation acoustique.

Les bruits aériens intérieurs et les bruits d’impacts (solidiens).

Bruits aériens : en acoustique, ce terme désigne les bruits qui se propagent dans l’air tels que les bruits de voix, télévision, chaîne hi-fi…

Bruits solidiens (de chocs) : bruits qui sont engendrés et se propagent dans les milieux solides, avant d’être transmis à l’air. Les bruits solidiens comprennent par exemple les bruits d’impacts transmis par une paroi mise en vibration par un choc : bruits de pas, déplacements de meubles, chutes d’objet…

Il n’est pas rare que l’occupant d’un logement souffre du bruit de ses voisins, alors même que ceux-ci ont un comportement normal. C’est le logement qui est mal isolé.

Aujourd’hui 40% des Français s’estiment gênés par le bruit à leur domicile. Pourtant, peu d’occupants entreprennent des travaux d’isolation acoustique.

Le rôle des planchers acoustique :

Les planchers doivent limiter la transmission des bruits aériens et celle des bruits de chocs.

Pour les bruits aériens, la problématique est identique à celle des murs, on peut jouer sur l’effet masse-ressort-masse pour obtenir de très bons résultats.

Pour les bruits de chocs, le revêtement de sol est déterminant, c’est ainsi qu’une sous-couche résiliente ou une dalle flottante permettra de limiter les transmissions de vibrations et améliorera l’efficacité acoustique aux bruits d’impact entre locaux.

- 



>
poutrelle
2
3 3 5 5 7 1 9
10
planchers